L’initiative d’un futur sain

8 novembre 2013

Textes

« Alors que le Vietnam s’active et tiendra un forum du 21 au 24 novembre prochain, la croissance verte semble être LA solution pour des pays émergents tels la Chine, le Brésil, l’Inde, ou la Thaïlande.
Mais leur développement économique peut-il vraiment rimer avec respect de l’environnement ?
Selon, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) « Les gouvernements qui placent la croissance verte au cœur du développement peuvent parvenir à une croissance économique durable et à la stabilité sociale tout en protégeant l’environnement et en préservant les ressources pour les générations futures.L'initiative d'un futur sain dans Textes affichedbimage-300x139
Une solution basée, entre autres, sur l’assainissement de l’eau, le recyclage et la valorisation énergétique des déchets, la dépollution des sites et le déploiement d’énergies renouvelables.
« Les pays émergents sont souvent des pays vulnérables dont les richesses sont en partie fondées sur leur capital naturel (forêts, littoraux, rivières, mines…)
C’est parfois leur principale source de revenus, il est donc indispensable qu’ils s’orientent sur une croissance verte, afin qu’ils ne se fragilisent pas » explique Nathalie Girouard, coordinatrice pour la croissance verte et le développement durable au sein de la direction de l’environnement de l’OCDE.

Agir avec Méthode

Il n’y a pas de « recette miracle. Chaque pays a ses caractéristiques propres avec lesquelles il faut faire au mieux. Il faut prendre la base de la croissance verte, et donc assurer de trouver des moyens de produire de façon plus efficace à moindre coût en innovant de manière saine… Tout en étant créatif et flexible » poursuit Nathalie Girouard.

En effet le principal problème auquel se heurtent des nations comme l’Ethiopie ou le Cambodge c’est le niveau élevé de pauvreté et le travail au noir qui compliquent la mise en œuvre d’une politique économique.
Pourtant, certains états, comme la Chine et l’Indonésie s’intéressent de près aux considérations environnementales, même si les infrastructures et les budget manquent souvent.
Une prise de conscience « indispensable » selon la coordinatrice de l’OCDE « il n’y a pas de solution de rechange , les contraintes écologiques sont là, il faut s’y préparer. Plus on attendra plus ça coûtera cher.
Bien sûr, il faudra attendre quelques années avant de voir le résultat, mais l’initiative prise en ce sens par les pays nordiques a démontré que c’était possible » affirme-t-elle »

 

De Petunia James – Article paru dans 20 minutes du 6 novembre 2013 numéro 2551

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “L’initiative d’un futur sain”

  1. Phène Dit :

    Bon Jour Lily,
    Tant que l’homme n’aura pas redécouvert sa propre nature, il ne respectera pas la nature de ce monde… Beau lundi ensoleillé, chère âmie

    Répondre

  2. danae Dit :

    Bon jour Lily,
    Hélas au lieu de faire une place plus grande à la nature en la préservant, nous ne faisons que la polluer, coupons des arbres sans en replanter pour bâtir de l’immobilier , envahissons les déserts et les montagnes de nos boîtes de conserve et de sacs plastiques qui ne vont jamais disparaître au cours des années !
    Bonne soirée.

    Dernière publication sur Les voyages de Danae au Sahara, en Asie et ailleurs : Sourires des enfants du monde

    Répondre

  3. Jean Dit :

    L’homme est rentré dans une course qui au lieu de lui donner une vie meilleure se trouve empoisonné dans son propre profit…
    Bonne journée
    Jean

    Répondre

Laisser un commentaire

Lucasctft |
FO EIFFAGE ENERGIE TERTIAIR... |
Major Factors Of website tr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bradyzulp
| Lachoupie
| Jeunemamantestepourvous