La vie à travers les frontières qui nous habitent

1 octobre 2013

Textes

« En nous existent des frontières, celles qui séparent nos différents lieux d’appartenance : famille, amis, institutions, pays, quartier, villes …

Des frontières qui renvoient à des géographies et des histoires différentes, à des visages et des espaces divers, à des couleurs et des odeurs variées.

Nous nous construisons à travers ces frontières. Et même si elles appartiennent au passé, nous sommes leur traversée quotidienne.

Car chacun des lieux auxquels nous avons appartenu dit une partie de ce que nous sommes aujourd’hui.

Consciemment ou inconsciemment, ces lieux nous habitent, à vie.

Parfois, ils se juxtaposent, comme des feuilles qui s’empilent les unes sur les autres ; parfois ils s’enchaînent et chaque maillon apparaît comme la suite logique du précédent, tantôt en harmonie totale, tantôt en tension dangereuse.

La frontière qui les sépare bouge en permanence, et même si parfois elle devient invisible, comme si une appartenance était complètement assimilée et gommée par une autre, au moment le moins attendu elle refait surface, pour faire valoir son identité propre et nous rappeler que rien de ce que nous avons vécu n’est perdu.

La frontière va et vient, comme les marées qui couvrent et découvrent en permanence nos profondeurs, qui les transforment mais sans jamais les effacer.

Nous sommes ce fond de mer caressé à l’infini par le va-et-vient de nos marées.

Nous sommes la traversée permanente des frontières entre nos appartenances multiples. »

 

Le goût de l’autre  (La crise, une chance pour réinventer le lien) – Elena Lasida

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Lucasctft |
FO EIFFAGE ENERGIE TERTIAIR... |
Major Factors Of website tr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bradyzulp
| Lachoupie
| Jeunemamantestepourvous